Blog

05/12/2018 – La Maison des Maternelles – Gratin de rutabaga

Peut-on faire suivre un régime végétarien à bébé ?

Gratin de rutabaga (dès 12 mois)

  • 200 g de rutabaga
  • 30 g d’œuf
  • 50 ml de crème liquide
  • 1 g de gingembre
  • 1/4 gousse d’ail
  • 1 cuillère à café de miel
  • 1 pincée de noix de muscade
  • Chapelure

Préchauffez le four à 150 °C.
Pelez le rutabaga et coupez-le en morceaux, avec l’ail et le gingembre.
Faites-les cuire dans une poêle avec un peu d’eau pendant 10 minutes, rajoutez la noix de muscade. Puis la crème et le miel.
Mixez le rutabaga cuit.
Déposez dans un plat à gratin et parsemez de chapelure.
Enfournez 15 minutes, ou jusqu’à ce que le dessus soit doré à votre goût.
Et voilà, c’est prêt ! Laissez reposer quelques minutes avant de servir.

=> La recette en vidéo

 

L’avis du docteur Laurence Plumey – médecin nutritionniste

La période de la croissance est très exigeante sur le plan nutritionnel ; c’est logique.

Pour bien grandir et se développer un enfant a besoin de tout : de protéines (croissance, muscles, cerveau), de lipides de toutes sortes (dont les oméga 3 pour le cerveau), de glucides (amidon des féculents, lactose du lait, sucres naturels des fruits – pour l’énergie mais aussi le développement cérébral grâce au lactose), de 13 vitamines (énergie et croissance), de calcium (croissance), de magnésium (muscles), de fer (oxygénation des tissus) et de bien d’autres choses encore. Or, aucun aliment n’est parfait et ne peut prétendre à lui tout seul apporter tous ces éléments nutritionnels. Ils doivent donc être tous présents dans l’alimentation de l’enfant. En somme, pour être sûr de ne manquer de rien, il faut manger un peu de tout. C’est ce que l’on va appliquer à l’enfant en intégrant dans son alimentation des légumes, des féculents, de la viande, du poisson, des œufs, des produits laitiers, un peu de matières grasses. Dès lors que délibérément on supprime de son alimentation une ou plusieurs familles d’aliments, on lui fait courir le risque de carences qui seront compromettantes pour son bon développement.

 

Le végétarisme qui exclue la viande et le poisson augmente le risque de manque de fer et des dérivés Oméga 3. Heureusement les produits laitiers et les œufs sont préservés car ils sont très utiles.

A partir du 4ème ou 5ème mois, et dans le cadre de la diversification alimentaire, tant que le nourrisson reçoit chaque jour au moins 500 ml de lait infantile, 70% de ses besoins nutritionnels sont couverts par ce lait. Donc le manque de fer ou d’Oméga 3 dû à l’absence de viandes et de poissons ne se fera pas sentir. En revanche, après l’arrêt de ces laits, au delà d’un an, il faudra voir avec le médecin traitant si l’enfant ne manque pas de fer. Quant aux Oméga 3, il existe du DHA apporté par certaines algues … sinon, vive les sardines de temps à autre !

 

Le végétalisme est totalement déconseillé chez l’enfant car il ne repose que sur la consommation de végétaux. Pas de viande, ni poisson, ni œufs, ni produits laitiers. Les risques de carences sont donc nombreux (fer, calcium, Oméga 3, vitamine B12, vitamine D) et incompatibles avec une bonne croissance et développement de l’enfant. Donc, pas de véganisme chez l’enfant.

 

Ajouter un commentaire