Résultats de la recherche pour : yaourt

Nous avons trouvé :

Si votre recherche ne vous convient pas, vous pouvez en faire une autre

Diversification : quel yaourt donner à bébé ? Tiramisu à la mangue (à partir de 12 mois) 3 boudoirs 1 petit suisse 60 g de coulis de mangue 10 g de mangue en morceaux 1 pointe de vanille Faire un petit sirop avec 5 g de sucre roux et 100 g d’eau. Faites bouillir l’eau et le sucre, laissez refroidir. Pelez la mangue et mixez 60 g. Coupez 10 g en petits morceaux. Mélangez le petit suisse avec la vanille. Imbibez les biscuits rapidement avec le sirop. Dans une verrine, déposez la moitié des biscuits imbibés, le petit suisse à la vanille puis le coulis de mangue. Répétez l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients et terminez par les petits morceaux de mangue. L’avis du docteur Laurence Plumey – médecin nutritionniste Vous êtes nombreux à vous poser la question. Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver. On retrouve dans le commerce […]

Chers Parents, Votre enfant a bien profité de votre lait et des laits infantiles, durant la première année. Et voilà qu’en attaquant sa deuxième ou troisième, il rechigne à boire du lait même délicieusement chocolaté. S’assurer d’abord qu’il ne s’agisse pas d’un problème de conditionnement. Il était habitué à une petite tétine molle et chaude et le voilà qui doit affronter un bol dur et froid… Quoi qu’il en soit, et si vraiment, il s’agit d’un problème de goût, pas de panique. Les autres laitages sont là pour éviter que votre bébé ne manque de calcium. En effet, question équivalence, il y a autant de protéines et de calcium dans un pot de yaourt que dans un verre de lait de 150 ml. Sachez qu’entre 1 et 3 ans, un enfant a besoin de 500 mg de calcium par jour, pour sa croissance et son développement. Le lait en contient […]

Questions les plus fréquemment posées sur la diversification alimentaire de bébé Quand mettre des céréales dans le biberon ?  Les farines infantiles (ou céréales) ne doivent pas être données à bébé avant 4 ou 5 mois et sur conseil de votre pédiatre (si votre bébé ne semble pas assez calé la nuit par exemple). En effet, elles pourraient favoriser un surpoids chez l’enfant si elles sont données en trop grande quantité et sans réel besoin de bébé. Vous pouvez donner de la farine ou des céréales avec du gluten, toujours sur recommandations de votre pédiatre. A quel âge introduire les morceaux ?  L’âge d’introduction des morceaux dépendra avant tout de bébé, de son évolution, de ses envies. On commence généralement à donner des petits morceaux vers 8/10 mois, en donnant une texture dite “moulinée” pour faire la transition avec la texture lisse. Mais bébé vous fera sentir s’il est prêt […]

On pense toujours aux enfants mais pas beaucoup à la mère ! Pourtant une maman fatiguée, qui dort peu et qui mange mal est moins réceptive lors des tétées et peut avoir un lait de moins bonne qualité. Par ailleurs, le stress peut influencer la lactation. Par conséquent, tout en prenant grand soin des besoins de son bébé, il est important de prendre soin de soi en veillant à la qualité de son sommeil et de son alimentation. Question sommeil, il faut bien avouer « qu’il en a pris un coup » S’il était profond, il est devenu superficiel et sujet aux micro réveils à la moindre inquiétude. Sans compter les tétées nocturnes pour les affamés, et même si le père se propose de donner le biberon, la mère sera toujours inquiète. Ce sera comme cela maintenant et… pour la vie. Si vos nuits sont trop courtes (moins de 7 heures) […]

Chers Parents, A chaque âge ses problèmes. Chez le nourrisson Le risque de carences est très faible tant qu’il est nourri au lait de sa mère (exclusivement jusqu’à 5 – 6 mois) et/ou avec un lait infantile pour nourrisson (1er âge, de la naissance à 4-5 mois) ou un lait de suite (de 4-5 mois à 12 mois). Ces laits infantiles sont en effet conçus pour apporter à l’enfant l’essentiel de ses besoins nutritionnels quand ils sont consommés à raison d’au moins 500 ml par jour (l’équivalent de 2 ou 3 biberons par jour). Au moment de la diversification alimentaire, les faibles quantités d’aliments introduits progressivement ont peu d’impact sur les apports nutritionnels ; ceux ci sont surtout assurés par le lait infantile. Ainsi tant que l’enfant en boit suffisamment, il est protégé des carences. En revanche, toute substitution de ces laits infantiles par un lait de vache (ou de chèvre […]

POURQUOI C’EST BON LA BANANE ? Vous bénissez la banane car elle ne vous pose aucun problème d’acceptation par vos chérubins. Et pour cause, à leurs yeux, elle a toutes les qualités gustatives : pas d’amertume, pas d’acidité et un délicieux goût sucré qui fond en bouche. Ils en mangeraient bien toute la journée ! Pour autant, faut-il en donner aussi souvent que cela ? Voyons un peu plus en détail… Attendu que la banane peu mûre est très peu digeste (elle contient surtout de l’amidon), il faut surtout la manger mûre et cela tombe bien car c’est à ce moment qu’elle développe sa saveur sucrée. En effet, sous l’action des enzymes de maturation, l’amidon est digéré et libère toutes les molécules de glucose qui le composent, donnant ainsi au fruit sa saveur sucrée caractéristique. Ainsi la banane contient 20% de sucres naturels – comparativement aux 9% de sucres d’une […]

Chers Parents, L’allergie aux protéines de lait de vache ne concerne certes que 5% des enfants, mais reconnaissons que quand cela vous tombe dessus, c’est un peu comme un coup de tonnerre dans un ciel serein ! Vous vous posez alors beaucoup de questions : qu’est ce que c’est que cette allergie, pourquoi c’est arrivé à mon enfant, comment faire maintenant et combien de temps cela va durer ? Commençons par la dernière question car c’est la bonne nouvelle : ce cauchemar ne durera « le plus souvent » que 3 à 4 ans. Dans 90% des cas, elle disparaît vers l’âge de 3 à 4 ans. On peut d’ailleurs accélérer le processus de guérison par une politique bien encadrée sur le plan médical de réintroduction accoutumance  (désensibilisation) sous le contrôle de l’allergologue (ne pas improviser chez soi). Qu’est donc cette allergie ? Votre enfant était sans doute génétiquement programmé pour être allergique aux […]

Vous êtes enceinte (ou votre compagne l’est) et vous souhaitez savoir si vous avez besoin de vitamines et de minéraux particuliers, pour le développement de votre bébé et pour vous-même, ou s’il y a des aliments à favoriser et à éviter. vitamine B9 (acide folique) Assurant une bonne fermeture du tube neural de votre bébé, elle est à prendre sous forme de compléments alimentaires durant le premier trimestre et avant la conception même, si la grossesse a été prévue à l’avance. Ces folates se trouvent dans les légumes à feuilles vertes, la levure de bière, ainsi que dans d’autres légumes, fruits et œuf, fromage. vitamine D Multitâche, cette vitamine liposoluble œuvre pour l’absorption du calcium, l’immunité, l’humeur, des fonctions hormonales ou encore la contraction musculaire. Elle est présente dans les poissons, œufs, produits laitiers, abats et est aussi synthétisée par notre peau au contact des rayons du soleil (mais ne […]

Vous êtes enceinte (ou votre compagne l’est) et vous vous demandez si votre alimentation doit changer durant la grossesse, quelles sont les préoccupations par rapport à votre poids, comment optimiser vos apports pour vous sentir bien et pour que votre bébé grandisse correctement. Voici quelques réponses. La gestion du poids et de la faim Il n’y a pas de recommandations de prise de poids au kilo près, ceci variant d’une femme à l’autre. On dit que pour : une femme de poids normal, la prise se situe entre 12 et 16kg (pour un IMC compris entre 18,5 et 24,9). une femme d’IMC bas (<18,5), sa prise de poids devra être un peu plus importante, jusqu’à 18kg environ une femme d’IMC plus élevé (surpoids : IMC compris entre 25 et 29,9) prendra entre 7 et 12kg à peu près, tandis que pour une femme atteinte d’obésité (IMC>30), 5 à 9kg seront […]

POURQUOI C’EST BON LE CHOCOLAT ? Parlons aujourd’hui du chocolat, ce met délicieux et fondant en bouche qui plait aussi bien aux enfants (chocolat au lait) qu’aux adultes (surtout le chocolat noir… les goûts évoluent !). Le chocolat est un mélange réglementaire de cacao (pâte de cacao, fèves de cacao), de beurre de cacao, de sucre et de lait (voire d’amandes, noix, noisettes …), ingrédients qui en font un aliment très calorique : dans une plaquette de 100g, compter 500 Kcal, l’équivalent en lipides de 3 cuillères à soupe d’huile, et l’équivalent en morceaux de sucre de 8 à 10 morceaux de sucre. Le chocolat noir est un peu moins sucré et un peu plus gras que le chocolat au lait, et pire encore le chocolat blanc (qui n’est que du beurre de cacao, du lait et du sucre) contiennent encore plus de sucre. Dans le chocolat, il y a une multitude […]