Blog

Le sel et l’enfant : point trop n’en faut… Par le Dr Laurence Plumey

Chers parents,

Ne vous est-il jamais arrivé de goûter un petit pot pour bébé et de trouver cela terriblement fade au point d’être tenté(e) d’y ajouter un peu de sel ? Vous auriez tort car le bébé a besoin de très peu de sel. Le sel est du chlorure de sodium (NaCl) et il est absolument nécessaire à tout âge de la vie car grâce au sodium qu’il contient, il régule les mouvements d’eau des cellules et la pression artérielle.

Toutefois, à chaque âge ses besoins.

Pour les adultes, il ne faudrait pas dépasser 5 à 6g de sel par jour (au lieu des 10 à 15g couramment constatés) ; chez le nourrisson le besoin est proche de 1g par jour. Or le lait de la mère ou les laits infantiles contribuent à ce juste apport de sodium à raison de près d’1 litre par jour  avant l’âge de 4 – 5 mois ; au moment de la diversification alimentaire, les 500 ml de lait (maternel ou infantile) en couvrent la moitié, le reste étant apporté par les aliments et les petits pots si l’enfant en consomme (au demeurant très peu salés car respectant une réglementation très stricte).

L’enfant a donc tout ce qu’il faut en sel.

Il n’est donc pas nécessaire de saler un plat qui vous semble un peu fade ; au demeurant sachez qu’une pincée de sel pèse 1g et que cela correspond, rien qu’à elle seule, au besoin journalier. Ce serait donc excessif.

La vraie question en réalité n’est pas tant celle du sel que celle du goût. Ce qui vous chagrine plus probablement est d’avoir le sentiment que ce qu’il mange n’a pas de goût. Tout d’abord, sachez que votre bébé a ses propres goûts et qu’ils ne correspondent pas forcément aux vôtres. Donc, respectez les. Ensuite, trouvez d’autres moyens que le sel pour agrémenter vos petits plats : pensez aux épices douces telles le curcuma, le paprika doux, , aux herbes aromatiques (mixez des fines herbes), ail et oignons en poudre … tout est possible pourvu que ce ne soit pas ni trop fort ni trop piquant.

Ainsi, non seulement vous l’habituez au goût des épices, mais vous l’habituez aussi à manger peu salé, ce qui est un excellent réflexe pour sa future vie d’adulte. N’est il pas courant d’entendre dire « Je mange peu salé car à la maison quand j’étais enfant on a toujours mangé très peu salé ». C’est donc un goût qui s’éduque très bien. Et que ceci ne l’empêche de mettre du sel dans sa vie !

Dr Laurence PLUMEY

Médecin Nutritionniste. Hôpitaux de Paris IDF

Professeur de Nutrition

Auteur de nombreux ouvrages grand public

image_printImprimer

Ajouter un commentaire