Blog

Comment débuter la diversification alimentaire ? Par le Dr Laurence Plumey

Chers Parents,

Vous êtes nombreux à vous interroger sur la façon de débuter la diversification alimentaire. C’est compréhensible. Jusque là tout allait bien. Du lait, du lait et encore du lait.

Et puis voilà. Il va bien falloir se décider à introduire de nouveaux aliments, d’ailleurs plus pour la découverte de nouveaux goûts et de nouvelles textures que pour des raisons nutritionnelles car le lait maternel ou infantile qu’il consomme en quantité importante (environ 800 ml par jour de la naissance à 4-5 à mois – puis environ 500 ml par jour de 5 à 12 mois) couvre à lui tout seul au moins 70% de ses besoins nutritionnels.

Alors, par quoi commencer ?

Tout d’abord rassurez vous. La diversification alimentaire ne repose pas sur des règles strictes définissant la nature, la quantité et le moment précis d’introduction des aliments.

Celle-ci doit reposer sur le bon sens et l’écoute des réactions de l’enfant. De plus, ces notions diffèrent d’un pays à l’autre et les enfants s’en portent tout aussi bien. Donc, pas d’inquiétude, tout ira bien.

Vous avez 6 mois pour introduire peu à peu toutes les familles d’aliments. En effet, à un an, un enfant est capable de tout digérer, même des légumes secs à condition qu’ils soient en purée (privilégier la purée de lentilles, très digeste).

à partir de quel âge ?

Mais commençons par le commencement, entre l’âge de 4 et 6 mois révolus (l’OMS recommande un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois révolus).

Pourquoi pas avant ? Parce que ce n’est qu’après le 4ème mois que la déglutition volontaire se met en place. L’alimentation peut alors s’épaissir et l’on peut lui faire découvrir la cuillère (que vous proposerez tiède et de petite taille ; pensez au choc de la transition d’avec le sein et la tétine, bien mous et bien chauds).

Vous pouvez donc commencer par un peu de céréales infantiles dans les biberons de lait du matin et du soir pour les rendre un peu plus rassasiants. Ceci permettra à l’enfant d’attendre son prochain petit repas du déjeuner et du petit déjeuner après une nuit que je vous souhaite calme. Vous pouvez ajouter progressivement, une puis deux cuillères à café pour 100 ml de lait. Ce sera le précurseur du pain qu’il mangera par la suite au petit-déjeuner.

Les légumes

Tous les légumes peuvent lui être donnés à l’exception des fonds d’artichaut, des feuilles de choux, des navets, des poivrons et des salsifis qui sont difficiles à digérer et qui pourraient favoriser la production de petits gaz, sources de ventre ballonné et inconfortable. Pas de légumes secs non plus avant 15 mois. 

En revanche, n’hésitez pas à vous lancer dans des purées créatives ou des petites soupes un peu épaisses, en y mettant un peu de pommes de terre pour qu’elles soient plus homogènes et onctueuses.

Commencez par une belle cuillère à soupe de purée de légumes au déjeuner (repas le plus important de la journée). Il tétera le contenu de la cuillère et vous lui ferez terminer son repas par le sein ou le biberon de lait.

Vous augmenterez ensuite peu à peu la quantité de purée en fonction des réactions de l’enfant. S’il refuse, ne pas insister et lui donner son biberon de lait. Il suffit d’attendre que votre enfant soit prêt à accepter cette nouveauté de goût et de couleur.

Resollicitez le quelques jours après. Il n’y a pas d’urgence. Au demeurant, il est souhaitable de lui faire découvrir le goût de chaque légume séparément.

Concernant la fréquence d’introduction, tout dépend des réactions de votre enfant. S’il est « facile », vous pouvez quasiment lui faire découvrir un nouveau légume par jour. Si, en revanche, il est plus « craintif » envers la nouveauté, consolidez ses sensations en maintenant le même légume pendant 2 à 3 jours.

Les fruits ?

Concernant les fruits. Vous pourrez également les introduire assez tôt, vers 4 à 5 mois. Ils ont un goût sucré. Ils seront donc assez facilement acceptés. Vous pourrez les lui proposer en compote, ou crus bien mûrs et écrasés.

Il ne faut pas sucrer les compotes. A signaler qu’elles ne le sont quasiment pas quand elles sont en petits pots pour bébés. Vous pourrez en donner au repas du soir, avec le biberon. Vous pouvez aussi intervertir avec les légumes. Il n’y a pas de règles précises.

Une journée type pour un bébé de 5 mois

  • Petit-déjeuner : lait maternel ou un biberon de lait de suite avec 3 à 4 cuillères à café de céréales infantiles.
  • Déjeuner : 2 à 3 cuillères à café d’une purée de légumes suivie du biberon de lait maternel ou lait de suite.
  • Goûter : lait maternel ou biberon de lait de suite
  • Dîner : 2 à 3 cuillères à café de compote et biberon de lait de suite (ou sein).

Si l’enfant prend 4 biberons par jour, ils peuvent faire entre 150 et 200 ml de lait. Il vous fera comprendre si les quantités sont adaptées à sa faim.

Les protéines ?

Ensuite, entre 5 et 7 mois, vous pouvez commencer à introduire un peu de viande ou poissons ou de l’œuf.

Commencer par une cuillère café de viande ou de poissons bien cuits et mixés. Ensuite, vous pourrez augmenter progressivement la quantité de viande ou de poisson de telle sorte qu’à un an l’enfant ne mange pas plus de 20 g de ces aliments à un seul repas par jour (ou un demi œuf).

Une journée type pour un bébé de 6 à 7 mois

  • Petit-déjeuner : lait maternel ou un biberon de lait de suite avec 3 à 4 cuillères à café de farines infantiles
  • Déjeuner : une purée de légumes ou un petit pot de légumes avec une cuillère à café de viande ou poisson mixés. Finir le repas avec une petite compote ou un fruit cru bien mûr et mixé, si besoin est.
  • Goûter : lait maternel ou biberon de lait de suite.
  • Dîner : une purée de légumes. Pas de viande, ni poisson ni œuf (il les a eus au déjeuner). Terminer par une petite compote ou un fruit frais mixé. Si l’enfant tient à son biberon du soir, on peut lui en donner une petite quantité.

Concernant les volumes de lait dans les biberons, et si l’enfant n’en prend que deux (l’un au petit-déjeuner et l’autre au goûter), ils peuvent être un peu volumineux : compter 200 à 250 ml par biberon.

Votre enfant a besoin d’au moins 500 ml de lait infantile par jour (ou de lait maternel) ; ce volume est nécessaire pour couvrir 70% de ses besoins nutritionnels.

En effet, les autres aliments sont en trop petites quantités pour représenter un apport nutritionnel significatif. Ils sont surtout là pour l’éveil aux goûts et aux saveurs.

Voilà donc quelques conseils qui lui permettront de prendre son envol sensoriel avec joie et gourmandise !

Dr Laurence PLUMEY

Médecin Nutritionniste. Hôpitaux de Paris IDF

Professeur de Nutrition

Auteur de nombreux ouvrages grand public

image_printImprimer

Ajouter un commentaire