Blog

L’importance des matières grasses pour les 0/3 ans

Quoi de mieux pour commencer à écrire des articles pour « Ma Petite Assiette » que de parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur et qui a toute son importance pour les 0/3 ans. Je suis Tiffany DEROYER, diététicienne-nutritionniste spécialisée en pédiatrie depuis une dizaine d’années.

A quoi peuvent bien servir ces matières grasses ?

Malgré la mauvaise réputation qui leur est faite, les matières grasses, ou lipides, représentent la principale source énergétique des plus petits, soit environ 50% des apports de la journée !

Ce ne sont pas des « petits adultes », ils ont, comme vous le constatez, des besoins très spécifiques.

Durant leur première année de vie, les nourrissons triplent leur poids de naissance et prennent en moyenne 25cm ! Même à l’adolescence, ils ne vous referont pas une telle performance !

Un rôle essentiel pour bébé

Les matières grasses jouent un rôle essentiel dans le développement et le fonctionnement du cerveau, dans la régulation de l’inflammation et de l’immunité.

Elles sont également des constituants des membranes cellulaires du corps. Et certaines vitamines indispensables (A, D, E, K) ne se trouvent que dans les graisses !

En pratique, comment fait-on ?

Dans les premiers mois, le lait maternel (ou le lait infantile), aliment unique des nouveau-nés, fournit ces matières grasses primordiales.

Puis, au moment de la diversification alimentaire, ces aliments restent parfaitement adaptés aux besoins nutritionnels, c’est pour cette raison qu’il faut maintenir les apports en lait (ou équivalents).
Pourtant il ne faudra pas oublier d’en ajouter aussi dans les repas.

Mais attention, pas n’importe comment !! On évite de les cuire ! On les incorpore « crues » juste avant de servir le bon petit plat pour maintenir toutes leurs qualités nutritionnelles. Il sera nécessaire de varier les huiles végétales (colza, noix, olive…), sans oublier le beurre ou la crème fraîche entière afin de faire découvrir un maximum de saveurs… On commencera par 1 cuillère à café dans les premiers semaines de diversification puis on n’hésitera pas à en mettre 1 cuillère à soupe par la suite.

Le petit + sur les huiles végétales : on privilégie si possible les huiles BIO, « première pression à froid » et dans des contenants en verre que l’on conserve dans un placard (à l’abri de la lumière). On constate que la population française ne consomme plus assez d’omégas 3 présents par exemple dans les huiles de lin, de noix, de colza… Alors n’hésitez pas à les utiliser pour les repas de bébé. Il existe aussi des mélanges d’huiles pour vous faciliter le quotidien.

D’autres aliments apportent aussi ces éléments comme les laitages qu’on privilégiera au lait infantile ou au lait entier (cela fera bientôt l’objet d’un nouvel article). Certains poissons gras seront très intéressants à donner à votre enfant comme le saumon, la sardine, le maquereau, le thon
Alors, pour résumer, on n’oublie pas, pour les petits, il faut… du GRAS, du GRAS, du GRAS !

Source : Les apports en lipides chez l’enfant de moins de 3 ans en France. Mise au point et recommandations du Comité de nutrition de la Société Française de Pédiatrie.

Tiffany DEROYER

Diététicienne – Nutritionniste spécialisée en pédiatrie

image_printImprimer

Ajouter un commentaire