Blog

Rencontre avec Gill Rapley – “mère” de la DME

C’est une rencontre et des échanges passionnants que j’ai eu la chance d’avoir avec Gill Rapley. Son nom ne vous dit sûrement rien, et pourtant elle fait partie de la vie de bon nombre d’entre vous. Gill, docteur en nutrition pédiatrique, est en effet celle qui a mis pour la première fois un nom sur le “Baby Led Weaning – BLW” ou la Diversification Menée par l’Enfant – DME, auteure du best-sellerBaby Led Weaning.

Je lui ai posé plusieurs questions afin de connaître son parcours, sa découverte de la DME et ses différentes recherches sur la diversification alimentaire de bébé.

Peux-tu te présenter, quel est ton parcours professionnel ?

J’ai été visiteur de santé de 1978 à 1996. Un visiteur de santé est semblable à une infirmière ou à une puéricultrice, avec une responsabilité particulière pour les enfants de moins de cinq ans. Il ou elle est en contact avec tous les parents et les conseille sur tous les aspects de l’éducation des enfants et de la santé de la famille, dont l’alimentation constitue une part importante.

J’ai également été sage-femme et consultante en lactation (IBCLC). J’ai toujours été intéressée par la façon dont les bébés sont capables de se nourrir eux-mêmes, et j’ai reconnu que de nombreux problèmes d’alimentation sont créés par les personnes qui tentent de contrôler l’alimentation du bébé.

Comment as-tu découvert la DME ?

J’ai “découvert” la DME pendant mon travail de visiteur de santé – mais je ne savais pas à l’époque que c’était ça !

Dans le cadre de mon travail, j’ai rencontré de nombreux parents dont les bébés d’environ 8 mois refusaient de manger tout ou partie des aliments qui leur étaient proposés à la cuillère. Cependant, les parents me disaient souvent que leur bébé mangerait la même chose si on lui laissait prendre lui-même le morceau. De plus, lorsque les parents laissaient leur bébé se nourrir seul, il était prêt à manger une bien plus grande variété d’aliments. Il m’a donc semblé que c’était l’alimentation, et non la nourriture, qui causait le problème.

J’ai donc commencé à encourager tous les parents à laisser leurs bébés se nourrir eux-mêmes dès qu’ils semblaient le vouloir, plutôt que d’attendre qu’un problème se développe.
Une partie de mon rôle en tant que visiteur de santé était de surveiller et d’évaluer le développement du nourrisson.

À 6 mois, cela signifie un bébé qui peut s’asseoir en position verticale (avec un peu de soutien), tendre la main vers les choses qui l’intéressent, les saisir… et les porter à sa bouche !

Au fur et à mesure que j’en apprenais plus sur la façon dont les bébés s’allaitent et sur leur instinct de se nourrir, je m’intéressais de plus en plus à la façon dont ils pouvaient naturellement et spontanément passer aux aliments solides, si l’occasion leur en était donnée.

Pendant cette même période, j’ai eu mes trois propres bébés ! Comme beaucoup de parents dans les années 80, j’ai commencé à les nourrir à la cuillère à partir de 4 mois, selon les conseils actuels. Mais cela ne me semblait pas correct et mon cœur n’y était pas. Lorsque j’ai eu mon troisième bébé, j’étais assez confiante pour lui faire confiance, plutôt que de suivre les règles. Elle m’a montré qu’elle était prête à commencer à manger des aliments solides en tendant la main et en les attrapant. C’était la DME – mais elle n’avait pas de nom, donc on n’en parlait pas. En fait, beaucoup de parents qui la pratiquaient pensaient qu’ils étaient paresseux, parce que c’était tellement plus facile. Vingt ans plus tard, mes recherches m’ont montré que j’avais raison de laisser mon plus jeune enfant ouvrir la voie avec la nourriture.

Il est important de rappeler que la DME n’est pas nouvelle et que je ne prétends pas l’avoir inventée. Elle est pratiquée par de nombreux parents dans le monde entier, depuis des générations. Ce qui est nouveau, c’est le nom, et c’est ce qui permet de parler de la démarche, de la partager et de la comprendre.

Peux-tu me donner ta définition de la DME ? Puisque c’est toi qui l’as baptisée ainsi.

La DME est une approche de l’introduction des aliments solides qui permet au bébé de donner le rythme. À partir de 6 mois environ, les bébés s’assoient à table avec leurs parents et ont la possibilité de manipuler les aliments et de se nourrir eux-mêmes, sans cuillère ni purée.

Bien que le terme anglais “BLW” comprenne le mot “sevrage”, il ne s’agit pas de mettre fin à l’allaitement maternel. Il s’agit plutôt du début d’un long processus qui se termine par la fin de l’allaitement. Le fait de laisser le bébé ouvrir la voie permet de s’assurer que le moment du début de ce processus est bien choisi pour lui.

La DME permet au bébé d’explorer la nourriture et d’apprendre à la connaître – et de s’exercer à la mastiquer – avant d’en avoir besoin pour se nourrir. Elle fonctionne car tous les bébés en bonne santé et sans problèmes particuliers commencent à tendre la main et à saisir des objets (jouets, téléphones portables, clés de voiture…) vers l’âge de 6 mois, et ils portent tout à leur bouche. Ils font exactement la même chose avec les morceaux de nourriture. Ils sont motivés par la curiosité, et non par la faim. Si nous les laissons explorer la nourriture à leur propre rythme, sans pression, ils apprennent non seulement les propriétés des aliments, mais ils découvrent que les repas sont agréables.

Pour la plupart des bébés, les premiers aliments non laitiers devraient être considérés comme une source d’apprentissage et de développement des compétences, et non comme de la nourriture – le bébé peut toujours obtenir tout ce dont il a besoin sur le plan nutritionnel grâce à ses tétées (lait maternel ou en poudre).

Ce n’est que plus tard qu’il découvrira par lui-même que ce nouvel aliment lui remplit le ventre.
Les bébés veulent manipuler la nourriture. Ils semblent avoir besoin de l’explorer pour savoir qu’elle est sans danger. La plupart des adultes ne seraient pas heureux de permettre à quelqu’un d’autre de mettre dans leur bouche quelque chose qu’ils n’ont pas vu ou qu’ils ne reconnaissent pas – et les bébés ne sont pas capables à la naissance de reconnaître les aliments pour adultes ! Ils ont également besoin de voir les adultes mettre dans leur propre bouche des aliments qui ont la même apparence. Ils doivent donc partager la nourriture et les repas avec les adultes.
Enfin, les bébés veulent être autonomes. Se nourrir renforce l’estime de soi et l’autonomie.

Est-il possible de faire de la DME mixte, notamment lorsque bébé va à la crèche le midi ?

Soyons clairs : je suis totalement favorable à ce que les parents fassent ce qui est le mieux pour eux et leur enfant. Si cela implique une combinaison de cuillères et d’alimentation autonome, qu’il en soit ainsi.

Mais ce sont deux approches très différentes de l’alimentation.
La DME ne consiste pas seulement à offrir à votre bébé de la nourriture à emporter, mais aussi à lui faire confiance pour qu’il sache ce dont il a besoin – et en quelle quantité – et à lui laisser suffisamment de temps pour manger et explorer. Si vous lui donnez également à manger à la cuillère, vous ne lui faites pas vraiment confiance et vous ne lui laissez pas le temps de le faire. Dans ce cas, l’approche globale est dirigée par les parents, et non par le bébé.


De nombreux parents qui disent “faire un peu des deux” suivent en fait simplement l’approche conventionnelle, sans s’en rendre compte.

Une génération a grandi depuis que l’on a parlé pour la première fois de la DME et la plupart des parents d’aujourd’hui ne connaissent pas les conseils qui étaient courants avant 2002. À l’époque, les aliments solides étaient recommandés à partir de 4 mois, avec l’introduction de “finger food” à partir de 6 mois, en plus des purées que le bébé recevait déjà. Ce qui était nouveau dans la DME, ce n’était pas le fait de nourrir soi-même les bébés de 6 mois, mais l’absence de besoin de purées et de cuillères.


Les bébés sont endurants et flexibles. Beaucoup s’accommodent très bien d’une approche dirigée par les parents tandis que le personnel de la crèche fait quelque chose de différent. Cela est probablement beaucoup moins déroutant pour le bébé que lorsque ses parents essaient de combiner les deux approches à la maison. D’autre part, il y a des bébés qui, après avoir eu la possibilité de se nourrir eux-mêmes, commencent à refuser la cuillère. Certaines crèches sont donc obligées de proposer la DME !

Il est important de parler de la DME aux crèches, etc. Cette approche présente de nombreux avantages pour elles. Le personnel peut superviser plusieurs bébés qui mangent en même temps, plutôt que de devoir les nourrir individuellement. Et les bébés peuvent manger aux côtés des enfants plus âgés. Le personnel verra également des avantages dans la motricité générale des bébés, leurs aptitudes sociales, etc. Au Royaume-Uni, de nombreuses crèches adoptent désormais la DME et encouragent les parents à l’essayer.

En France, 15 à 20 % des parents font de la DME. Cela reste encore une pratique méconnue, notamment par les professionnels de santé. Comment cela se passe en Angleterre ?

Le Royaume-Uni ne dispose pas de données sur la proportion de familles qui suivent la DME, mais elle est presque certainement supérieure à 20 %. Ce qui est probablement vrai, c’est que beaucoup plus de parents affirment le faire, ou pensent le faire, alors qu’ils ne la font pas réellement (voir la question précédente !). La plupart a probablement au moins entendu le terme “Diversfication Menée par l’Enfant” même s’ils ne savent pas vraiment de quoi il s’agit.

De même, la plupart des professionnels de la santé britanniques (visiteurs de santé, pédiatres, orthophonistes, diététiciens, etc.) en aura entendu parler, même si tous n’auront pas pris le temps de découvrir ce que cela signifie et pourquoi elle peut être bénéfique.


Les connaissances des professionnels de la santé ont été largement guidées par les parents. Au début, la plupart des professionnels de la santé était sceptique. Mais parce que les parents mettaient en œuvre la DME, les professionnels ont été contraints d’en savoir plus. Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux sont très favorables à cette approche. Les chercheurs aussi se sont progressivement intéressés à la question, d’autant plus qu’il est devenu évident que la DME n’est pas une simple “mode” temporaire.

Quelque chose à rajouter sur tes découvertes et l’alimentation des bébés ?

Oui, quelques réflexions :

  • Le plus difficile pour les parents de la DME est d’apprendre à faire confiance à leur bébé, surtout quand ils pensent qu’il ne mangera jamais rien ! De nombreux bébés mettent plusieurs semaines avant de commencer à avaler des aliments solides, mais cela n’a pas d’importance s’ils sont en bonne santé et qu’ils prennent bien le lait maternel ou infantile.
  • L’allaitement et la DME vont bien ensemble. Dans les deux cas, la meilleure réussite est obtenue si l’on permet au bébé de contrôler le processus. Mais cela ne signifie pas que les bébés nourris au lait infantile ne peuvent pas se nourrir eux-mêmes. S’il y a une différence, elle est probablement due aux parents, qui peuvent avoir plus de mal que les parents qui allaitent à lâcher prise et à faire confiance à leur enfant.
  • La “finger food” et l’alimentation autonome ont toujours été recommandées à partir de 6 mois environ. Il est étrange que les préoccupations concernant l’étouffement n’aient guère été mentionnées jusqu’à ce que les gens commencent à entendre parler de la DME.
  • Il est possible que la DME offre un moyen naturel et sûr d’introduire des allergènes potentiels chez les bébés. La plupart des bébés qui se nourrissent eux-mêmes examinent attentivement chaque nouvel aliment, le reniflent et le lèchent et expérimentent de petits goûts. Cela permet de s’assurer qu’ils en ingèrent de très petites quantités, ce qui, nous le savons maintenant, est un bon moyen de développer leur tolérance. Par ailleurs, j’ai entendu de nombreuses histoires de parents dont l’enfant a évité un aliment particulier lorsqu’il était bébé et dont on a découvert plus tard qu’il y était allergique. Les bébés semblent savoir comment se protéger.
  • On me demande souvent si la DME convient à tous les bébés. C’est un peu comme si on me demandait “La marche est-elle adaptée à tous les bébés ?”. Il est évident que certains bébés, par exemple ceux qui souffrent de certains handicaps ou de certaines maladies, et ceux qui naissent très prématurément, peuvent avoir besoin de recevoir certains aliments à la cuillère, soit au début (parce que leurs besoins nutritionnels précèdent leur capacité à se nourrir), soit parce que leur état de santé signifie qu’ils auront toujours besoin d’un soutien supplémentaire. Mais cela ne doit pas signifier qu’ils ne sont pas capables de se nourrir eux-mêmes autant que possible. Nous devrions soutenir chaque enfant dans ce qu’il peut faire, plutôt que de nous concentrer sur ce qu’il ne peut pas faire. Je connais plusieurs orthophonistes qui utilisent une forme adaptée de la DME avec leurs patients – en particulier avec les enfants atteints du syndrome de Down (trisomie 21) – avec d’excellents résultats pour leur coordination, leur motricité et leur autonomie, ainsi que pour leur alimentation.
  • Des recherches supplémentaires sont nécessaires sur la DME en général, mais surtout sur l’étouffement. Mes observations sur les bébés suggèrent que, lorsqu’ils seront capables, par exemple, de porter un raisin à leur bouche sans aide, ils auront développé les aptitudes orales nécessaires pour le gérer en toute sécurité à l’intérieur de leur bouche. J’ai également entendu de nombreux parents dire que, lorsqu’il était petit, leur bébé DME n’était pas intéressé à mettre des cailloux, des briques Lego, etc. dans sa bouche. Nous devons mieux comprendre l’importance de permettre aux bébés d’appréhender la nourriture à leur manière, en développant leur motricité et leurs compétences orales au fur et à mesure, par rapport au problème plus général de l’étouffement chez les enfants.

Pour aller plus loin je vous invite à découvrir son livre, best-seller “Baby Led Weaning, the essential guide

Commentaires

  • 7 avril 2020
    reply

    Justine Loche

    Excellent article ! Hâte de pouvoir commencer avec mon petit bout ! Merci

  • 6 avril 2020
    reply

    Tiffany DEROYER

    Article passionnant ! MERCI BEAUCOUP à Gill Rapley pour le témoignage de sa grande expérience sur le sujet et à Ma Petite Assiette pour son nouveau talent de journaliste bilingue…

Ajouter un commentaire