Blog

Fer pour bébé

Le fer pour bébé : quel intérêt ?

On entend parler du fer dans l’alimentation mais quel est vraiment son rôle pour l’organisme, et plus précisément chez les plus petits ou les femmes enceintes, dans quels aliments en trouve-t-on et comment mieux l’assimiler ? Cet article va vous permettre de trouver des solutions à toutes ces interrogations pour apporter du fer chez bébé.

Intérêt du fer pour l’organisme

Le fer est essentiel pour le développement cérébral de l’enfant. Il permet également la synthèse des nouveaux tissus ainsi que la fabrication et le fonctionnement de l’hémoglobine. Cette dernière fixe l’oxygène, le transporte dans le sang et le délivre aux cellules du corps pour assurer un bon fonctionnement du corps. En cas de carences modérées, on peut observer une moindre résistance aux infections qui sont parfois régulières en collectivité (crèches…).

Besoins en fer pour bébé

Les besoins estimés en fer chez bébé sur les 6 premiers mois de vie à la suite d’une grossesse normale* sont faibles.
En effet, la principale source de fer de bébé est celle accumulée pendant la grossesse. Un taux de fer correct à la naissance est donc primordial pour éviter une carence. Il faudra donc veiller à ce que la future maman ne présente pas de carences en fer.

(*Les enfants prématurés et avec un faible poids de naissance sont plus à risque de carence en fer. Un diabète ou un tabagisme maternel pourrait également augmenter les risques de carences. Une surveillance et une prise en charge adaptée sera effectuée dans ce cas-là par le corps médical.) 

Différentes sources de fer dans l’alimentation

Des aliments riches en fer pour bébé pourront être introduit au moment de la diversification alimentaire surtout en cas d’allaitement maternel exclusive, même si le fer du lait maternel est particulièrement bien absorbé par l’organisme, de l’ordre de 50%. Il existe 2 types de fer : héminique (absorbé à hauteur de 20 à 30% par l’organisme) et non-héminique (absorbé à 2 à 5%).

Fer pour bébé

Sources de fer pour bébé (classées par ordre décroissante de quantités)

Le fer héminique est surtout présent dans les produits carnés tels que les abats (boudin noir, rognon, foie…), les viandes (cheval, bœuf, lapin, agneau, dinde, poulet, veau, porc…), les poissons (sardine, hareng, cabillaud…). Le fer non-héminique se retrouve plutôt dans les végétaux comme les fruits secs (abricot, raisin, pruneau…), les légumes secs (haricot rouge ou blanc, lentilles…), les légumes (blette, épinard cuit…), les œufs, les produits laitiers et les fruits.

Il est important de savoir que le fer non-héminique est mieux assimilé par l’organisme lorsqu’il est consommé avec de la vitamine C, présente principalement dans les fruits et légumes crus !

En pratique : cela signifie qu’au déjeuner, après le petit plat de bébé (contenant viande, légume, féculent et matière grasse), n’hésitez pas à lui proposer une purée de fruits bien murs et crus !!!

Intérêt des laits infantiles jusqu’à 3 ans

Il est nécessaire de préciser que malgré l’apport en fer des aliments cités précédemment, la présence de lait infantile (« lait 2e âge » jusqu’à 10/12 mois et « lait de croissance » de 1 à 3 ans) assurera une bonne source de fer au quotidien. Il faut savoir que le lait de vache est relativement pauvre en fer et mal absorbé. Le maintien de 2 apports de lait de croissance après 1 an (au petit déjeuner et au goûter par exemple) sera le garant de la présence de fer, quitte à remplacer le biberon par une tasse ou un verre si votre enfant commence à bouder le biberon ! Pour illustrer ces propos et afin d’obtenir la même quantité de fer que dans 360ml de lait de croissance (soit 2 biberons de 180ml), les enfants jusqu’3 ans, devraient manger : 230g de veau, 1kg d’épinard ou 1kg250 de lentilles ! Ce qui est tout simplement impossible…


En cas de volonté de poursuivre l’allaitement maternel après la diversification alimentaire et pour éviter une carence en fer, il conviendra d’en parler au pédiatre, au médecin ou à la diététicienne-nutritionniste spécialisée en pédiatrie pour trouver des solutions…

Tiffany DEROYER

Diététicienne – Nutritionniste spécialisée en pédiatrie

Sources :

• LAPILLONNE A. Recommandations pour les apports en fer pendant les six premiers mois de vie.

Archives de pédiatrie, mai 2017, volume 24, numéro 5S, pages 540 à 544.

• TOUNIAN P., CHOURAQUI JP. Fer et Nutrition. Archives de pédiatrie, mai 2017, volume 24, numéro 5S, pages 523 à 531.

• CIQUAL, Table de composition nutritionnelle des aliments, ANSES (mars 2020)

Résultats du 2e volet de l’Etude Nutri-bébé SFAE 2013 – Apports nutritionnels chezles 0 à ans, Journal de pédiatrie et de puériculture, février 2014, Volume 27, numéro 1 pages 45-49.

Ajouter un commentaire